jeudi 31 janvier 2013

Jamaïque 2012 la troisième marche: Mandeville

Bien venu à notre blog en ce début d’année 2013 ; Après un séjour de deux mois en Afrique où j’ai eu la grâce, avec une toute petite équipe, de répandre la bonne odeur de Christ, surtout parmi les musulmans au Nord du Cameroun, il me plait de renouer avec vous cet entretien sur la problématique de la réconciliation des peuples liés par le commerce des esclaves noirs. Je rencontre continuellement des personnes qui, soit portent à cœur cette vision, soit l’ont eux-mêmes aussi reçue. Mais en attendant sa réalisation, et je crois toujours qu’elle se fera dans le temps de Dieu et qu’elle sera comme un aboutissement de l’ensemble des visions qui vont dans le même sens, c’est avec Lifeline Expedition que je fais mes pas dans la réalité de l’engagement à cette réconciliation. J’aime le mot d’ordre de ce mouvement qui me parle et m’interpelle : « Guérir le passé... pour transformer l’avenir »

Chaque fois qu’en tant qu’africain, je rencontre et je m’entretiens avec un frère ou une sœur descendant d’esclave, je réalise combien cette démarche est nécessaire.

Une nouvelle marche sous les chaînes et les jougs est prévue en novembre prochain à Haïti. En attendant nous allons continuer à vous parler de la suite de nos marches en Jamaïque.


Troisième Marche : MANDEVILLE

A Mandeville nous avons eu un temps précieux avec la famille Girgis, Jeanetta, Magdy et Jay qui nous ont reçu très chaleureusement et nous ont restauré agréablement. Nous avions besoin de ce havre de paix et de ressourcement avant de continuer notre mission. Merci à Jeanetta. Nous avons eu un temps de partage et de prière pour préparer nos actions du lendemain : deux cultes, l’un à l’église de Ridgemount et l’autre à l’église des Générations (Generations Church). Après la Marche dans l’après-midi nous nous sommes rendus à l’église du Mémorial d’André (Adrews Memorial United Church) où nous avons fait notre demande de pardon dans les chaînes et les jougs dans une congrégation qui célébrait l’abolition de l’esclavage (Emancipation Day) un événement à grande portée civique qui réunissait environ 400 personnes. C’était très émouvant d’entendre les excuses de Jeanetta comme Jamaïcaine blanche descendant de colon et Chris McCrossan comme écossais qui ont majoritairement « trafiqué dans le pays ». Cela se remarque lorsqu’on consulte l’annuaire téléphonique, l’on peut constater que plus de 60% des noms son de consonance écossaise.

La marche au centre ville avait quelque chose de différent par rapport à celles que nous avions accomplies jusqu’à présent. D’abord par le fait qu’il y avait parmi ceux qui marchaient dans les chaînes, une femme, blanche et d’origine jamaïcaine, puis par le fait que nous avons commencé par rencontrer les jamaïcains des alentours et leur expliquer ce que nous faisions, en allant les voir dans les commerces, les bureaux qui étaient ouverts ce dimanche après-midi-là et même une église en face de notre point de départ, ainsi que tout au long du parcours où certains ne faisaient que cela, en distribuant les tracts aux passants. Joseph, avant que le cortège ne s’ébranle, a discuté pendant une bonne demi-heure avec un rasta qui au départ était hostile, puis vers la fin il était devenu plus amical. Arrivé à la grande place au centre de Mandeville, nous avons de nouveau présenté notre demande de pardon. Là les réactions étaient diverses. Mais un groupe s’avançait toujours dans une émotion palpable libérer les enchaînés. Après quoi, nous nous sommes rendu au « Andrews Memorial United Church ».

Merci de prier pour:

- Les actions futures, notamment notre marche à Haïti en novembre prochain, que le maximum de personnes qui partagent notre vision de réconciliation puissent se joindre à nous.
- Que la patience arme nos cœurs et que notre confiance ne soit pas ébranlée.
- Que Dieu renouvelle nos forces et que Sa volonté soit au centre de nos actions.
Soyez richement bénis.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire