lundi 20 octobre 2014

MISSION 2 EN CÔTE D'IVOIRE JUIN 2014 DABOU



 
Église MIEBA-JEC
Deuxième mission en Côte d’ivoire Juin 2014

Faisant suite à la première mission à Bouaké en Côte d’Ivoire en avril 2014, une deuxième mission avait été décidée avec les responsables du District Missionnaire de Bouaké de l’EMU-CI, Église Méthodiste Unie de Côte d’Ivoire, mais cette fois-ci avec une équipe internationale, pour soutenir l’église de Bouaké dans son effort d’évangélisation. La Maéva Sev a pour ce faire invité deux évangélistes, le pasteur Emmanuel KOUM du Cameroun et le chanteur évangéliste Armando GOMES de Bulles en France. Le pasteur Kofi dont le programme en Avril n’avait pas pu se faire pour des raisons évoquées dans le rapport de cette mission, ne voulant pas rester sur un échec a insisté pour que l’équipe vienne également à Dabou pour un programme avec Bonn et Gbougbo.

La deuxième mission en Côte d’Ivoire s’est donc déroulée en deux étapes : Le programme de Dabou du 11 au 15 juin et le deuxième programme de Bouaké du 16 au 30 juin.

Le programme de DABOU

Pour cette mission, le frère Armando devait se joindre à moi compte tenu du programme et de ma situation médicale : j’étais à peine en convalescence du chikungunya que j’avais contacté lors de ma mission en Martinique, et une nuit de prière était prévue dès le lendemain de mon arrivée. Mais pour des raisons indépendantes de sa volonté il a dû modifier son départ, la grève de la compagnie qui le transportait l’ayant empêché de voyager le même jour que moi. Le pasteur Emmanuel KOUM n’arrivera que trois jours après moi, samedi en fin de matinée. Je devais donc assumer seul le programme assez chargé que les organisateurs m’avaient envoyé. Arrivé à l’aéroport le 11 juin au soir, le pasteur Michel Koffi et son équipe étaient venus me chercher. Ils m’ont conduit directement à Dabou où j’ai été hébergé par le pasteur Albert ALOPKLIE, fondateur de l’église MIEBA-JEC (Mission Évangélique Bras d’Amour de Jésus-Christ). Ce fut également le quartier général de la mission à Dabou.

Le soir même le pasteur Koffi m’informa de la modification du programme : la veillée de prière à
Bonn était annulée et la croisade d’évangélisation à Gbougbo sérieusement remise en question. Toutes les réunions en plein air avaient été supprimées à cause des pluies diluviennes qui se sont abattus dans la région et que j’ai trouvées depuis mon arrivée. Il est vrai que les médias annonçaient les inondations à Abidjan qui avaient causés des morts et de nombreuses destructions d’habitations. Seul le séminaire avec les femmes, l’évangélisation et l’action humanitaire dans la prison ainsi que les visites des œuvres humanitaires et les prédications dans les églises étaient maintenus. J’étais partagé entre deux sentiments, le soulagement du travail bien allégé et la colère de voir qu’à nouveau, le pasteur Koffi n’avait pas assuré et contrairement à ce qu’il m’avait assuré, il demeurait encore des problèmes dus à leurs erreurs commun avec Jacques Essoh sur le projet « permis de conduire ».

Dès le lendemain, nous avons tenu une réunion à notre quartier général avec les pasteurs Koffi,
Sankara Noufou de la MIEBA-JEC et le prophète DJAHI Eric de la MEU (Mission Evangélique de l’Unité). Nous avons été rejoints par le prophète Abraham KABORE de la Fondation Évangélique Délivrance Prospérité et Salut. J’ai essayé de comprendre pourquoi ces responsables n’arrivaient pas à faire un programme fiable. Après apporté des modifications sur le programme définitif, nous avons convenus du montant de la participation de la Maéva Sev au budget de l’action en prison. J’ai pris connaissance de la situation de Mme Lydie, une veuve encadrée par cette équipe pastorale.

Le programme de visite à la prison s’est fait le même jour. Nous nous sommes rendus à la prison de Dabou où nous étions attendus par Mme le Régisseur de la prison qui nous a réservé un accueil très chaleureux. Elle nous a expliqué la situation de la plupart des détenus, souvent abandonnés par leurs familles au bout d’un certain temps, se retrouvent complètement démunis. La population carcérale était alors de 250 personnes dont huit femmes. Nous avons apporté des vêtements, du savon, un carton d’eau de javel et de la nourriture (du pain, de la sardine, des œufs, de la mayonnaise etc.) Ce sont les gardiens de prison qui se sont occupés de la distribution en notre présence, pour ce qui pouvait l’être immédiatement, notamment la nourriture, après un contrôle minutieux du contenu de nos dons. Le reste serait distribué au fur et à mesure selon les besoins. Après quoi, les prisonniers, regroupés dans une sorte de préau ont écouté la parole de Dieu avant que nous ne priions pour eux.

Nous avons les jours suivants visité les structures sanitaires de la place, notamment le Centre de
Santé de Gbougbo fondé par la Maéva Sev et dirigée par la sœur
Pélagie Rosine SEKA, infirmière en charge de ce centre, une personne très dévouée qui travaille presque bénévolement pour la santé rurale. Nous avons constaté le dénuement total dans lequel ce centre se trouve et les quelques médicaments que nous avons apporté étaient insignifiants par rapport aux besoins. Elle pratique près de six cents accouchements par an dans des conditions déplorables. Il n’y a pas de table d’accouchement et ceux-ci se font à même le sol. Nous espérons que le projet de conteneur de matériel médical sera réalisé et apportera un peu de soulagement à ce centre ainsi qu’à tous les centres que nous avons visité à Dabou comme à Bouaké.
Le pasteur Emmanuel KOUM nous a rejoints le samedi en début d’après-midi et c’est après le repas avec l’infirmière de la Maéva chez un notable de Dabou que nous avons visité l’hôpital des Assemblées de Dieu de Dabou mieux fourni en personnel et en médicaments, mais malgré cela les besoins sont énormes et il est difficile de faire face à la demande sanitaire.

Le dimanche 15 juin, Emmanuel Koum a prêché à l’église MEU et moi-même à la MIEBA-JEC. Ce fut un temps béni où le Seigneur a manifesté Sa grâce !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire