jeudi 23 février 2017

ALLIANCE EVANGELIQUE MONDIALE PANAMA 2016


Les domaines missionnaires



Consultation WEA à Panama, octobre 2016

Du 3 au 7 octobre 2016, s’est tenue à Panama City au Panama, la consultation de l’Alliance Évangélique Mondiale (WEA), une consultation des leaders d’églises, missions, œuvres et organisations missionnaires pour réfléchir ensemble sur la mission polycentrique. Cette consultation était organisée par la Commission des missions de l’Alliance Évangélique Mondiale concomitamment avec le COMIBAM, une organisation de coopération missionnaire ibéro-américaine qui rassemble plus de vingt-cinq pays d’Amérique latine ainsi que l’Espagne, le Portugal et les Latino-Américains des Etats Unis et du Canada. Cette organisation, de la même manière que le MANI (Mouvement pour les Initiatives Africaines) œuvre à la promotion de la collaboration inter-missionnaire pour atteindre les groupes non encore atteints par l’évangile.
 
Nous nous sommes réunis à Panama City pour entendre la Parole de Dieu et nous écouter les uns les autres, prier et adorer, et nous rencontrer afin de comprendre et de réagir aux obstacles et aux opportunités actuels de la mission mondiale, avec des cœurs reconnaissants pour tout ce que Dieu fait pour faire avancer Sa mission.

Si je devais résumer notre rencontre, je dirais simplement, comme l’a présenté l’un des orateurs : l’esprit de la Consultation Mondiale de la Commission des Missions de l’AEM est facile à comprendre. Dans un monde polycentrique de missions, les nombreuses structures et les différents types de porteurs de l’Évangile ne sont vraiment important qu’à cause du message qu’ils véhiculent et apportent à d’autres endroits.

De l’Est à l’Ouest, du Sud au Nord, ou simplement en circulant dans la même région, les multiples et diverses organisations missionnaires ont toutes le même défi : apporter de l’espoir à un monde chaotique et nécessiteux avec un Evangile intégral et dans un contexte pertinent pour les gens de nos jours. « De partout à partout » peut-être une expression usée, mais il est plus une réalité aujourd’hui qu’auparavant. Au XXIème siècle, la Mission a de nombreux centres et va de « toutes les nations à toutes les nations »

Une Réalité Polycentrique

Si nous regardons l’histoire de l’Eglise et de la Mission, il est facile d’identifier le processus vers une réalité polycentrique. Il a commencé monocentrique à Jérusalem, avec des raisons historiques et théologiques pour cela. Mais le plan était de développer et de créer de nouveaux centres de la foi chrétienne.

Il est encourageant de voir le mouvement des missions chrétiennes tout au long des siècles. Certains centres importants ont été fermés, voire complètement détruits. Mais de nouveaux centres ont émergé et nous pouvons voir ces différentes phases du travail missionnaire au cours des années. Il s’est déplacé du Moyen-Orient à l’Europe et à l’Est, puis à l’Amérique du Nord, et de l’Occident au Sud puis à l’Est. Et maintenant de retour au Nord et au Moyen-Orient. Aujourd’hui nous célébrons cette réalité polycentrique, le fait que l’Église du Christ est celle de la foi la plus globalisée et que la plupart des pays ont leurs initiatives missionnaires et leurs mouvements. Une bonne question est, bien sûre, où se situent les mouvements missionnaires dynamiques d’aujourd’hui ? Quelles en sont les implications pour nous comme Christianisme dans le monde global ? Et que se passera-t-il dans les dix prochaines années ?

Depuis quelques années, nous nous réjouissons que la Mission d’aujourd’hui passe de toutes les nations à toutes les nations. Ce n’est plus de l’Occident vers le Reste du monde.

Le Polycentrisme signifie aujourd’hui non seulement que l’Église est partout mais que l’Église dans tous ces endroits est essentiellement une église missionnale, surtout si nous regardons comment les églises dans le Sud Global sont actives dans leur propre voisinage et ont également commencé à envoyer des ouvriers dans une dynamique transculturelle.

Nous avons profité de cette occasion pour développer notre connaissance de ces réalités. Nous avons eu un grand privilège de nous écouter et de découvrir la richesse de l’Église représentée à Panama. A la fin de nos travaux la commission de synthèse a rédigé les conclusions suivantes sous l’intitulé :



LES CONCLUSIONS DE L’ÉQUIPE DE RÉDACTION
« La Mission à plusieurs Voix : Polycentrique et Polyphonique »

En tant que membres de la Commission des Missions de l’Alliance Évangélique Mondiale, nous nous sommes réunis à Panama City au PANAMA, du 3 au 7 octobre 2016, pour écouter la Parole de Dieu et nous écouter les uns les autres, prier et adorer et nous rencontrer pour comprendre et réagir aux obstacles et aux possibilités actuels de la Mission Mondiale.

Avec des cœurs reconnaissants pour tout ce que Dieu fait pour faire avancer Sa Mission, nous célébrons :
·         *L’accueil chaleureux que nous avons reçu ici au Panama des frères et sœurs de la communauté évangélique d’Amérique Latine.
·        * Avec les évangéliques en Amérique latine, l’importance des commémorations centenaires de la Conférence de la Mission de Panama tenue ici en 1916
·        * La contribution à notre programme des leaders autochtones et de nos co-animateurs du COMIBAM, au cours de cette année du centenaire.
·         *En particulier, le mouvement sans précédent de l’Esprit de Dieu et du Peuple de Dieu, souvent imprévisible et apparemment « désordonné », à travers le continent au cours de ce dernier siècle.
·        * La contribution continue de la missiologie latino-américaine à la conversation mondiale, notant en particulier le don du terme « mission intégrale » à la missiologie évangélique mondiale et nous nous félicitons du potentiel d’une auto-théologisation supplémentaire dans ce contexte pour enrichir notre compréhension de ce que Dieu fait en mission dans notre temps.
·        * L’incarnation au sein de la Commission missionnaire de la connexion polycentrique du mouvement en mission et d’une discussion missionnale polyphonique.
·         *La continuité des thèmes émergeant de cette consultation avec ceux qui ont été explorés lors des réunions de la Commission des Missions de l’AEM à Iguaçu au Brésil en 1999.
·         *Une compréhension autocritique émergente au sein du mouvement missionnaire évangélique qui démontre un espoir renouvelé et qui évite la paralysie. Au cours des différentes sessions de cette Commission, nous avons noté :

·         -Un engagement permanent avec la mission comprise comme « de partout à partout » et saluons l’élan donné par nos discussions sur la « mission polycentrique ».
·         -Un sentiment largement répandu d’insécurité, voire de peur, parmi les membres de nos communautés évangéliques face à l’opposition religieuse, la violence et l’insécurité.
·         -La profonde préoccupation de nombreux jeunes qui quittent les églises sans précédent.
·         -Que les mouvements de mission dans certaines parties du monde semblent avoir atteint un plateau
·         -Que dans de nombreux cas, le mode par défaut pour l’activité missionnaire est encore celui par lequel la puissante mission dirige et contrôle les plus pauvres.
·        - Un accent renouvelé sur l’évangélisation missionnaire comme une approche plus biblique par rapport à une mentalité de « gagnant ».
·         -Le mouvement mondial de Dieu et le mouvement mondial des personnes à un certain moment de l’histoire que d’aucuns ont décrit comme « l’âge de la migration ».
·         -La vision limitée du mouvement missionnaire évangélique pour comprendre et traiter adéquatement les questions de pouvoir et de contrôle impliqués dans l’engagement des peuples autochtones du monde (y compris ceux d’Amérique du Nord, de l’Amérique Latine, des Sami d’Europe du Nord, des Roms d’Europe Centrale, les Aborigènes d’Australie et les Maori de Nouvelle-Zélande) et à reconnaître le mouvement de l’Esprit de Dieu parmi eux en de nombreux endroits.
·         -La nécessité d’une réflexion plus approfondie sur ce que cela signifie de souffrir avec d’autres qui sont persécutés pour leur foi lorsqu’ils s’engagent dans une mission dans des contextes difficiles.

La Parole de Dieu à travers le livre de Jonas a été un miroir pour nous, en nous rappelant que quand le monde pleure pour aider, l’église est souvent trouvée endormie, insensible au désespoir et aux besoins du peuple.

Dieu peut utiliser les tempêtes de la vie pour réveiller Son peuple et les ré-sensibiliser lorsqu’ils  réalisent que la désobéissance coupe la relation avec Dieu, dont la profondeur ne peut s’exprimer qu’avec la poésie des Psaumes. Ce miroir qui nous rend conscients de notre condition de peuple désobéissant, nous proclame aussi puissamment l’amour, la préoccupation et compassion de notre Dieu qui peut nous ressusciter et nous renvoyer comme Ses messagers à un monde dans le besoin. Il attire également notre attention sur l’amour, la patience et la disposition de pardon de notre Dieu, un amour si profond que nous ne pouvons que le contempler, sans toujours le comprendre. En répondant au thème de la mission polycentrique, nous encourageons :

·         *De l’attention en remplaçant simplement « mission de partout à partout » par « mission polycentrique ». Il est important de continuer à se battre pour les implications des deux, en reconnaissant notre faible succès pour le premier et en évitant la précipitation pour passer au second pensant que le nouveau et la nouveauté sauveront l’entreprise missionnaire.
·         *Veiller à ne pas réduire la « mission polycentrique » à une catégorie purement organisationnelle, territoriale, confessionnelle ou ethnique ce qui empêcherait de reconnaître son potentiel illimité qui nous appelle à une unité toujours plus profonde.
·        * La générosité en reconnaissant le don à notre communauté évangélique de se connecter avec d’autres discussions parallèles et polyphoniques en cours dans d’autres rassemblements mondiaux d’autres condisciples, tels que le Mouvement de Lausanne, la Conférence pour la Mission Mondiale et l’Évangélisation et d’autres organisations missionnaires intéressantes.
·         *Une réflexion plus approfondie sur ce que chacune des voix locales et régionales apporte d’unique dans les discussions de la mission mondiale.
·         *La reconnaissance du fait que les expériences vécues de se sentir ou d’être traité comme inférieur ou supérieur, sont des conséquences de notre nature humaine déchue à laquelle l’évangile s’adresse directement. Andrew Walls décrit cela comme « Les richesses de centaines d’endroits pour apprendre les uns des autres »
·         *Une large reconnaissance de ce que le christianisme est à la foi une foi locale et mondiale. Reste alors le besoin pour l’église locale d’engager son contexte local dans l’interdépendance avec la mission polycentrique et polyphonique globale au service de la plus grande unité de l’Église et ses efforts unifiés dans la mission.

Par-dessus tout, à la lumière du thème de cette consultation de la Commission des Missions, nous célébrons le potentiel révélé par l’attention portée au concept de « Mission Polycentrique ». En accueillant le point de vue de ceux qui ont suggéré que cela pourrait être étendu pour incorporer des concepts étroitement liés, nous encourageons une réflexion plus profonde et continue sur le thème. Il s’agirait d’une discussion polyphonique missionnaire, d’une mission poly-directionnelle, d’une mission polygénérationelle, cruci-centrique ou christocentrique et d’unité dans la mission.

Associées aux notions de mission polycentrique et de mission « de partout à partout », ces idées étroitement liées pointent vers la relativisation de tous les centres d’influence et de pouvoir à la lumière des revendications de la croix et du Christ. Cela s’étend à toutes les loyautés concourantes, qu’elles soient ethniques, culturelles, nationales, politiques, générationnelles, confessionnelles ou organisationnelles, et offre un recentrage d’une discussion polyphonique unie et missionnaire.

Reconnaissants pour tout ce que le Seigneur des nations nous a montré au cours de ces jours passés ensemble, nous laissons les membres de la consultation avec des questions plutôt qu’une déclaration finale, invitant d’autres à ajouter leur voix à la discussion mondiale en cours.

·         *Comment rester fidèles et autocritiques de manière à être ouverts à l’influence transformatrice de la Bible sur notre pratique missionnaire telle qu’elle est lue dans le contexte ?
·         *Comment pouvons-nous encourager les modèles de spiritualité missionnaire qui nous équipent et nous permettent de pratiquer un amour radical pour les autres afin de pouvoir mieux entendre et comprendre leurs voix alternatives et diverses dans un chœur polyphonique mondial pour le culte d’adoration et le témoignage ?
·         *De quelle manière pouvons-nous nous assurer que notre exploration de la mission polycentrique dans cette consultation continue d’éclairer notre compréhension de la pratique missionnaire et de la théologie contemporaines ?
·         *De quelle manière une compréhension trinitaire de la mission pourrait-elle assurer la pertinence de notre expression de la nature polycentrique et polyphonique de la mission mondiale ?

Fait à Panama City le 8 octobre 2016
Les Membres du Comité de Rédaction 
Felipe Byun, Samuel Escobar, Darrel Jackson, Ruth Wall

Aucun commentaire:

Publier un commentaire