mardi 10 octobre 2017

MISSION EN CÔTE D'IVOIRE 2017


L’Église du Pasteur Albert KOUASSI à DABOU




Mission en Côte d’Ivoire 2017

Je me suis rendu deux fois en Côte d’Ivoire, d’abord du 13 au 27 avril pour prendre part à la Consultation CRAF 2017 qui s’est tenue à Grand Bassam du 18 au 23 avril 2017. Je devais continuer un deuxième programme qui avait été préparé par le Délégué Régional pour l’Afrique de l’Ouest de la Maéva Sev C-I. Celui-ci devait avoir lieu à Bouaké du 24 au 27 avril. Je me suis rendu une deuxième fois dans ce pays du 13 juin au 12 juillet, pour le même programme qui n’a pas pu se tenir comme nous l’avions prévu, et pour l’inauguration du conteneur humanitaire que la Maéva Sev France a envoyé à Bouaké avec le partenariat du Conseil Régional de Bouaké pour les hôpitaux publics et le Centre de Santé Maéva Sev de de cette région.

Premier voyage

Avant ce voyage, nous avions reçu en France à l’occasion de notre Assemblée Générale annuelle, le responsable de la Maéva Sev Côte d’Ivoire, le Dr Germain Kébé-Mambo. C’est avec lui que tout le programme de ma visite a été conçu et organisé. Il me précédait d’une semaine et devait me récupérer à Abidjan après la consultation CRAF de Grand Bassam, pour nous rendre à Bouaké. Nous apprenions quelques jours après notre séparation qu’à son arrivé à Abidjan il fut victime d’un AVC et avait tout le côté droit paralysé.

La première partie de cette mission s’était bien déroulé et à ma surprise, personne n’avait pris le relais pour l’organisation de ma visite à Bouaké. Il y avait au programme un séminaire de formation pour les femmes chrétiennes sur la micro entreprise, la visite du projet en cours de la microentreprise de culture de manioc et de production d’atiéké, aliment de base dans ce pays. Je devais rencontrer les dames qui ont bénéficié de ce financement de la Maéva Sev afin de faire le point sur l’évolution de leur entreprise. Je devais ensuite assurer une formation des prédicateurs de l’EMU Bouaké. Mais à ma surprise, aucun responsable ne répondait à l’appel. Quant aux démarches pour le dédouanement du conteneur personne n’en parlait. J’ai donc dû, après Grand Bassam, me replier sur Dabou où je fus reçu par le Pasteur Albert Kouassi. De là je décidai de convoquer le bureau de la Maéva Sev à Bouaké pour désigner un nouveau responsable par intérim pour une prise en charge de l’Antenne ivoirienne et afin de commencer les démarches de dédouanement du conteneur qui étaient au point mort depuis l’accident du Dr Mambo. A l’issu d’un voyage rapide à Bouaké et d’une réunion marathon avec le bureau de Bouaké, le frère Dadié Abraham KOUASSI fut pressenti à ce poste à l’unanimité. Il s’engagea à faire le nécessaire pour le dédouanement du conteneur. Avant d’entreprendre le voyage pour Bouaké, je m’étais rendu au Centre Administratif à Abidjan avec le pasteur Albert pour rencontrer le Conseiller Régional de Bouaké et celui-ci nous avait donné toutes les assurances que ses services allaient s’occuper de ce dédouanement. Voilà pourquoi nous avions convenue d’une deuxième mission en juin pour la réception de ce conteneur et la réalisation des séminaires qui n’avaient pas pu avoir lieu.

Deuxième voyage

Le second voyage fut immédiatement programmé en juin. Je me rendis alors en Côte d’Ivoire pour une seconde fois  dans la même année, pour rattraper l’échec  de la première mission. Que ne fut ma surprise lorsque je réalisais que rien n’avait avancé, pas plus qu’à ma première visite. Je dus me rendre à plusieurs reprises à Abidjan pour aider le frère Dadié à entreprendre les démarches pour le dédouanement du conteneur. Nous avions réussi à obtenir les exonérations pour le TC, mais malgré cela nous nous sommes retrouvés avec une somme de 6 millions de francs cfa à régler, dont la moitié en surestaries. A la date d’aujourd’hui cette somme a encore considérablement augmenté ! C’est sur cette déception que j’ai quitté la Côte d’ivoire le 12 juillet.

Une fois de plus, personne n’a pu organiser le deuxième programme de Bouaké, le frère Dadié étant absorbé par le travail de dédouanement du TC à Abidjan, personne n’a pris le relais à Bouaké. N’eut été le programme avec l’église du pasteur Albert KOUASSI, cette deuxième mission se serait soldé elle aussi par un échec.

En effet, tout mon séjour s’est finalement déroulé chez le pasteur Albert qui m’a confié toutes les prédications de son église où pendant les quatre dimanches où j’étais en Côte d’ivoire, j’ai donné une série de prédications séminaires sur le thème de la « Théologie de l’Amour de Dieu. » Ce fut des moments mémorables de partage, louange et adoration avec le peuple de Dieu.

Dans l'église du Pasteur KOUASSI

Aucun commentaire:

Publier un commentaire